Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog 2 Golf

L'Albatros du Golf National (78)

8 Juillet 2018 , Rédigé par Alain Publié dans #Parcours

L'Albatros du Golf National (78)

L’Albatros est un parcours de championnat, dur mais franc, dixit Justin Thomas après son 1er tour à l'open de France. Les obstacles sont visibles mais pas forcément évitables : de l’eau souvent (n°1-2-10-11-13-15-19-18), un rough partout très épais et des greens ultra rapides et pentus. Vaisseau amiral du golf national, il n’a rien à voir avec son petit frère l’Aigle si ce n’est son absence d’arbre (et d’ombre). Joué ce mois-ci pour la première fois de ma carrière, j’avais toujours eu de l’appréhension devant la difficulté ce monstre et une répulsion quant à son apparence quelconque. Habitué de l’Aigle et du parcours lui-même en tant que spectateur de l’open de France, je dois dire que le fait de jouer l’Albatros change complètement la vision que j’en avais.  Plonger au cœur de l’arène donne un angle de vue radicalement différent. Depuis le tee de départ on ne voit que son trou, les buttes paysagères, pas très seyantes de l’extérieur forment une barrière protectrice qui isole le tracé des autres trous. Un mince ruban vert tondu en damier bordé de hautes herbes jaunes ondulant avec la brise, et puis tout à coup apparait une cassure matérialisée par un profond bunker et ou un dévers imprévu.

n°11 -n°12 - n°15
n°11 -n°12 - n°15
n°11 -n°12 - n°15

n°11 -n°12 - n°15

Pour cette première j’ai la chance d’être accompagné par Kevin Turfan, jeune joueur du Challenge tour dans le cadre d’une formule pro am. Sa gentillesse et ses précieux conseils me permettront de réaliser une partie plus qu’agréable. Après un double boggey au n°1 (balle à droite, recentrage, puis trois putts) mais un joli par au n°2 (green et deux putts) je commence à me décontracter. Les n°3 et n°4 me semblent interminables, j’admire le pro qui arrive à jouer en régulation. Les fairways sont incroyablement doux à jouer, sous l’herbe, une fine couche de sable vient amortir les coups. Aucun green n’est facile, souvent surélevé parfois bordé d’une rigole protectrice (n°9), leur rapidité n’ont d’égal que leur fermeté. Taper deux putts devient une bonne performance. La mise en jeu du n°7 est particulièrement stressante par l’étroitesse du fairway en dévers , le hors limite à droite et les hautes herbes tout autour.    

n°16 - n°02 -n°01
n°16 - n°02 -n°01
n°16 - n°02 -n°01

n°16 - n°02 -n°01

A partir du n°15 on entre dans le stadium, ce finish spectaculaire qui nous semble familier par les images télévisées où les grands champions expédient quand même leurs balles dans l’eau. J’ai vraiment l’impression de rentrer sur le central de Rolland Garros, c’est une émotion particulière. Un birdie au n°15 (deux coups d’hybride et un putt) puis un par au n°18 en régulation me procure un sentiment de fierté, je n’ai pas été ridicule. Rétrospectivement, ce que j’ai trouvé le plus éprouvant c’est la longueur des trous, sur ce tracé épique jouer en sécurité les fairways ne suffit pas, il faut aussi frapper très fort.  

Comment ne pas évoquer la future Ryder Cup qui trouve là un écrin à sa mesure. Futur spectateur en septembre prochain j’en garderai un œil plus avisé après cette fabuleuse expérience.

vous reprendrez bien un peu de Ryder Cup
vous reprendrez bien un peu de Ryder Cup
vous reprendrez bien un peu de Ryder Cup

vous reprendrez bien un peu de Ryder Cup

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article