Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog 2 Golf

California Golf

14 Octobre 2015 , Rédigé par Alain Publié dans #Voyages

A l’occasion d’un voyage en Californie, j’ai pu ressentir la passion qu’ont nos amis américains pour le golf.

Le premier contact golfique se fait à Los Angeles à une portée de drive des studios Universal. La ville des anges, énorme mégalopole aux allures de banlieue résidentielle sans fin, semble coincée entre un ciel trop bleu et des autoroutes trop larges. Du haut des bruyants studios Universal, le parcours privé de Lakeside apportent un peu de clame dans cette frénésie. Une grande tâche de verdure s’étale nonchalamment au pied de la colline. Le parcours, impression souvent partagée au cours de mon voyage, semble étrangement vide.

Los Angeles Lakeside

Los Angeles Lakeside

Le deuxième acte a lieu au cœur du joyau naturel du Yosemite National Park. Non loin de l’entrée sud à Wanona, existe un parcours au milieu de cet écrin de verdure. Ours, wapiti et cerf de Virginie s’invitent souvent sur les étroits fairways du domaine. Ce pourrait être anecdotique mais aux Etats Unis, on joue partout aussi bien que  dans les parcs nationaux que dans les déserts.

Yosemite

Yosemite

Mammouth Lake est une station de ski de la Sierra Nevada située à l’est du Park Sémite. Le golf Sierra s’enorgueillit d’être le plus haut parcours de Californie. Je suis accueilli par le sosie officiel de Mat Kuchar, qui m’explique, avec un sourire digne d’un candidat à la présidence américaine la spécificité locale. A la vue des photos des membres et des textiles du pro shop, les locaux sont des fans du fantasque John Daily, qui outre sa frappe de balle de mammouth avait la particularité d’arborer des pantalons tous plus excentriques les uns que les autres. Ainsi le golf gratifie les porteurs de pantalon bariolés, l’instar de mon hôte qui porte un magnifique tissu noir parsemé de petits canards jaunes, un discount de 40% sur les greens fees ! Tous est très pro, puisque pendant que je discute avec le gérant, celui-ci tapote sur sa tablette pour avertir le caddy master de préparer mes clubs de locations. Tee, carte de score, stylo et marque balle sont en libre-service au départ sur un présentoir en bois en forme d’ours. Le parcours de montagne s’avère agréable, les vues sur la Sierra sont superbes et l’entretien impeccable.

Mammoth Lakes
Mammoth Lakes
Mammoth Lakes

Mammoth Lakes

San Francisco terre d’innovation technologique mais aussi de tradition golfique. Grâce à Linda, membre du très prestigieux Olympics Club, j’ai pu fouler les fairways historiques d’un monstre du PGA tour qui a accueilli à huit reprises l’US Open (celui de 2012 remporté par Webb Simpson). Garde à l’entrée, parking digne d’un concessionnaire de voitures de luxe, énorme pendule Rolex et petits massifs de fleurs à chaque recoin du club-house, voilà le décor de l’Olympic de San Francisco. Les deux parcours principaux s’étalent entre l’océan Pacifique et le lac qui donne son nom au parcours principal. Les fairways sont arborés, de majestueux pins parasols qui offrent une ombre bienvenue mais aussi des branches qui coupent les trajectoires. San Francisco oblige, les pentes sont sévères et le dénivelés imposants. Les parcours étant occupés par une compétition, je me rabats sur le neuf trous et je ne le regrette pas. Après quelques balles (des Titelist aux couleurs du club …) sur le practice en herbe, on passe sous la route pour se retrouver sur la côte. Le compact est un parcours de falaise qui offre des points de vue époustouflants sur l’océan Pacifique. Le terrain est vallonné avec de profonds petits bunkers (certains sont équipés d’escalier). La plupart des départs et des greens sont surélevés, la difficulté est de bien apprécier les distances (indiquées en yard) et l’influence du vent océanique. De petits buissons très épais et des plantes grasses bordent le fairway, bref une cachette idéale pour votre balle. Au détour d’un bosquet, je trouve une balle avec le logo de l’université de Stanford, celle de Tiger Woods. Un birdie, une balle dans le Pacifique et beaucoup de beaux souvenirs.

San Francisco Olympics
San Francisco Olympics
San Francisco Olympics

San Francisco Olympics

A 2km de l’Olympic, de l’autre côté du lac, se trouve le TPC Harding, hôte du WGC de match play (avec la victoire de Rory Mc Ilroy). On retrouve les mêmes pins parasols et les mêmes dénivelés, sauf que le parcours est public et ça change tout. L’accès est libre, une route circule à l’intérieur du golf, le practice est occupé par des joueurs en short et T-shirt, inimaginable de l’autre côté du lac.

TPC Harding

TPC Harding

La péninsule de Monterrey est un Eden aussi bien pour la faune marine que pour la faune golfique. Une route scénique (payante …), la 17th mile drive,  sillonne ce petit coin de paradis, entre crique cachée, villa de rêve et golf prestigieux aux noms légendaires, Spyglass (cité par Stevenson dans l’ile aux trésors), Poppy Hill et surtout Pebble beach. Si St Andrew à l’allure d’une cathédrale, Pebble Beach respire la nature sauvage avec le marketing du siècle moderne en plus. Pebble beach doit être le golf le plus fréquenté au monde par les non golfeurs. Un énorme parking externe donne le droit à accéder à un petit dédale de boutiques ultra chics exploitant à fond la marque « Pebble beach ». De la terrasse de la brasserie on a une vue plongeante sur le green du 18, sur fond de Pacifique où s’ébrouent, baleines, dauphins, loutres et pélicans. La localité de Carmel, chère à Clint Eastwood, clôture ce périple golfique.  Heureux Californiens ! 

Pebble Beach
Pebble Beach
Pebble Beach

Pebble Beach

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article